よしのーと!

Taille du texte開く
Folklore

Présentation des monstres (yokai) célèbres à Yoshino

お気に入り

Ajouter aux Favoris

Bon,

comme vous avez ouvert cet article, je suppose que les monstres vous intéressent au moins un peu.

Au nom des monstres de tout le pays, merci.

Voyez-vous, j’ai moi-même un vif intérêt pour les monstres.

Je n’ai jamais eu la chance d’en voir, mais je les aime beaucoup.

Il en existe un peu partout dans le pays, et je les considère comme aussi emblématiques que les mascottes locales (yuru-chara).

À travers le Japon, les monstres représentent la culture de chaque terre.

Certains, sur les sols riches et où le climat est bon sont inoffensifs et bienveillants.

D’autres, quand on sort des sentiers battus pour rejoindre des climats plus rigoureux, sont dangereux.

Ainsi, en vous penchant sur les histoires souvent pleines d’humour de ces monstres,

vous pouvez saisir l’atmosphère d’un territoire.

Le territoire désigné sous le nom de Yoshino est très vaste. Il représente environ un tiers de la préfecture de Nara.

Pour qualifier cet espace, on peut parler de région montagneuse.

Les montagnes de Yoshino, qui font partie de la chaîne de montagnes Kii, sont de plus en plus profondes à mesure que vous allez au sud,

et les présences « non humaines » s’y font progressivement plus nombreuses.

Dans ces lieux à l’ombre des montagnes où la durée d’ensoleillement est courte et où le vent est chargé d’humidité, on peut entendre des cris et des sons indescriptibles.

Laissez-moi vous présenter les monstres emblématiques de cette région.

 

Hidaru

Hidaru est un monstre que l’on rencontre encore très fréquemment aujourd’hui.

Hidaru hante aussi d’autres lieux que Yoshino, mais c’est essentiellement un monstre de région montagneuse.

Selon les localités, il est aussi parfois désigné sous d’autres noms, comme « Hidaru-kami », « Daru » ou encore « Dari ».

Hidaru est un monstre qui agit en prenant possession de l’esprit des personnes.

On dit que les victimes qu’il possède ne peuvent soudainement plus bouger, se sentent fatiguées ou encore font des malaises.

Vous entendrez parfois certains locaux vous assurer qu’ils ont été « possédés par Daru ».

On dit que même ceux qui sont forts et habitués à la montagne ne peuvent rien faire quand il s’en prend à vous.

Un Yamabushi (prêtre guerrier) m’a affirmé qu’il avait lui-même subi cela lors d’un de ses entraînements en montagne.

C’est quelqu’un qui suit de tels entraînements depuis son enfance, et qui a donc une constitution robuste.

Il dit qu’il se sentait très bien jusqu’à ce que cela se produise.

C’est en s’approchant de la pente raide appelée « Ushikakaezaka » que, tout à coup, son corps devint lourd et ses jambes refusèrent de se lever. Plus il essayait de résister, plus il sentait ses forces le quitter.

Normalement, lors des entraînements de Yamabushi, les pauses ne sont autorisées qu’à des endroits bien définis.

Cependant, face à cette situation inhabituelle, il décida de se reposer immédiatement. Une simple gorgée d’eau lui aura alors suffi à faire disparaître complètement la fatigue, en un instant, comme par magie.

Daru est connu pour être un monstre farceur.

Un vrai « enfant terrible ».

Ainsi, on croit à travers le pays entier que le meilleur moyen de se débarrasser est de satisfaire ses caprices en mettant quelque chose dans sa bouche.

À Yoshino, on pense qu’en plus de cette méthode, on peut revenir sur ses pas au lieu d’avancer pour le faire partir.

Cependant, n’ayant jamais été sous le contrôle de Hidaru, je ne peux témoigner de l’efficacité de cette technique.

Hidaru. Une partie de moi veut le rencontrer, l’autre nom. C’est un véritable dilemme.

 

 Tengu

Au Japon, il existe beaucoup de Tengu. Certains ont été déifiés et sont connus sous la désignation collective de « 48 Tengu ». (Je ne peux m’empêcher de faire le lien avec les groupes de 48 artistes comme AKB48, mais je me retiens d’en parler trop ouvertement)

Les Tengu ont grandi avec le Shugendo, le culte de la montagne au Japon.

D’après le Shugendo, les Tengu vivent dans les montagnes sacrées.

Yoshino est la Terre Sainte incontestée du Shugendo, et renferme notamment le mont sacré d’Omine.

Bien sûr, un célèbre Tengu y réside aussi.

On dit que parmi les 48 Tengu, 4 vivent dans le pays de Yamato (l’actuelle préfecture de Nara). Parmi eux, on considère que 2 se trouvent incontestablement à Yoshino : Kumano Omine Kikujobo et Yoshino Minasugi Kozakurabo.

Comme il s’agit de Tengu déifiés, il devait sans doute y avoir beaucoup de statues de pierre à leur effigie, autrefois.

Malheureusement, l’interdiction du mélange des kamis et des bouddhas lors de l’ère Meiji aura causé la destruction de nombreux temples à Yoshino.

Peut-être est-ce pour cela qu’aujourd’hui on y trouve assez peu de statues de Tengu.

En fait, il n’y en a qu’une, représentant Yoshino Minasugi Kozakurabo et appelée Akiha Gongen, au mont Yoshino, à Sakuramotobou. N’hésitez pas à vous y rendre si vous êtes de passage.

Et surtout, quand vous venez à Yoshino, gardez les Tengu à l’esprit lorsque vous levez les yeux sur la montagne.

Qui sait, vous pourriez peut-être en trouver un caché entre deux arbres.

 

Ippon-Datara

Ippon-Datara est peut-être un peu plus proche d’une divinité que les autres yokai.

En fait, Ippon-Datara était un dieu à l’origine.

C’était une divinité de la montagne appelée Inosasao.

Il existait sous forme d’un énorme sanglier avec une grande étendue de bambou poussant sur son dos, ce qui faisait qu’on pouvait facilement le confondre avec une colline.

Mais un jour, il subit un grand malheur.

Un chasseur lui tire dessus.

Inosasao, grièvement blessé, fuit dans les profondeurs des montagnes, mais sa plaie est profonde et, souffrant, le dieu se laisse gagner par la haine envers les humains. (Aux sources Yunomine Onsen, à Wakayama, l’histoire dit que le dieu blessé prendra l’apparence d’un samouraï pour se plonger dans les sources. Le personnel de l’auberge, épiant ce curieux guerrier, ne trouvera dans sa chambre qu’un grand sanglier au dos recouvert de bambou).

Inosasao, qui n’aura pas pu être soigné, finira par devenir le terrible yokai Ippon-Datara.

Il apparaîtrait dans les passages d’Obamine (Kawakami), de Tsujido (Kamikitayama) et de Hatenashisanmyaku (Totsukawa), où il s’en prendrait sans distinction à tous les voyageurs.

Effrayant…

Les gens cessèrent d’emprunter ces passages, et les villages qui se trouvaient à proximité furent abandonnés.

Un jour, le grand prêtre Tansei Shonin emprunta un de ces passages, remarqua les villages complètement abandonnés, et demanda aux villageois ce qui s’était passé.

Il employa alors la technique du « Higiri » pour sceller Ippon-Datara.

Higiri signifie « Souhait de restriction à un seul jour ».

À Yoshino, ce jour est connu sous le nom de « Hate no Hatsuka », et correspond au 20 décembre.

C’est le seul jour où Ippon-Datara peut dévorer des humains, avant d’être à nouveau scellé.

Ainsi, et encore de nos jours, le 20 décembre est un jour auquel on déconseille aux gens de se rendre en montagne.

Voilà pour ces 3 yokai célèbres de Yoshino.

Il en existe bien d’autres, ainsi que des contes mystérieux auxquels on n’a jamais donné de nom.

Quand vous venez à Yoshino, essayez aussi de prêter attention à ce que les yeux ne voient pas.

Et gardez à l’esprit qu’« eux » aussi vous observent peut-être,

car la montagne est riche de ces présences.

Département éditorial de Yoshinoto

Département éditorial de Yoshinoto

Présentation du charme caché de Yoshino et comment en profiter.

Consultez également cet article !